Stock épuisé.
Quantité minimum d'achat
La quantité minimum d'achat n'est pas atteinte

Rubrique Mobilisation de la société civile

- À la veille de l’ouverture de la COP23, de nombreux rapports ont été publiés tous plus alarmants les uns que les autres sur l’urgence d’agir. Celui du World Resources Institute n’échappe pas à la règle. Selon ses estimations, 49 pays ont d’ores et déjà atteint leur pic d’émissions de gaz à effet de serre, ils seront 57 en 2030. Un premier pas pour rester sous les 2°C mais qui ne suffira pas pour atteindre l'objectif final.

- Ce 1er novembre, la coalition d’entreprises We mean business a annoncé le lancement du Climate Policy Tracker un outil en ligne visant à accompagner les entreprises dans leur connaissance et suivi des politiques climatiques de différentes zones géographique.

- Pour les deux ans à venir, c’est le Président de l’Agence française de développement (AFD), Rémy Rioux, qui prendra la tête de l'International Development Finance Club. Ce regroupement de 23 banques de développement pèse 3 000 milliards de dollars. Un poids financier qui doit être mis au service du climat dès le sommet du 12 décembre à Paris.

- Pour Gaël Giraud, économiste en chef de l’Agence française pour le développement (AFD) s’exprimant dans un article fin septembre, les politiques climatiques nationales ne permettront en aucun cas de stabiliser le réchauffement à 2°C. En cause, leur irréalisme, leur durée limitée dans le temps et leur incapacité à flécher l’épargne vers les investissements ‘bas carbone’. Seule solution: taxer les émissions de gaz à effet de serre (GES), lourdement si possible.

- Outre Paris, 12 maires de grandes villes dont Los Angeles, Mexico, Auckland ou Londres, ont signé à Paris une déclaration s’engageant à acheter des bus propres et tendre vers le « zéro émission » d’ici 2030, pour lutter contre le changement climatique. Par cet engagement, signé dans le cadre d’une réunion du réseau de villes C40, ces maires s’engagent à « acquérir, avec nos partenaires, uniquement des bus à zéro émission à partir de 2025 et à s’assurer qu’une partie importante de nos villes soient des zones à zéro émission à l’horizon 2030 ».

- Lors d'une session tenue à Montréal (Canada) du 6 au 10 septembre 2017, le GIEC a publié les lignes directrices de son prochain rapport. Cette publication sera la sixième depuis la création du Giec en 1988 par l'Organisation météorologique mondiale (OMM) et le Pnue.

- La 2e édition de "Climate Chance" s’est tenue à Agadir du 11 au 13 septembre. L’événement, organisé par la région Souss-Massa en partenariat avec l’association Climate Chance, a réuni plus de 2.000 participants venus de 80 pays différents. Au programme : 5 réunions plénières, 5 dialogues de "haut niveau", 80 ateliers, 15 focus, 17 forums ainsi que plusieurs side events qui ont permis aux collectivités locales, entreprises, associations et autres ONG présentes, d’échanger pour consolider leur coopération, mais également de faire le point sur les difficultés rencontrées.

- Tandis que deux organisations internationales, l’OMM et le PNUE, ont tour à tour alerté sur l'urgence climatique, Yukiya Amano, directeur général de l’Agence internationale pour l’énergie atomique(AIEA) qui a rappelé à l’occasion de la 4ème Conférence ministérielle internationale sur l'énergie nucléaire que des solutions existent et plaidé à Abu Dhabi pour la construction de nouvelles centrales nucléaires.

- Le Sommet Climate Chance s’est conclu à Agadir, le 13 septembre, avec l’adoption d’une feuille de route rappelant que l’action climatique ne peut être dissociée des enjeux de développement durable et des acteurs non étatiques. Avant que ne se clôture le troisième sommet Climate Chance, les acteurs non étatiques ont tenu à rappeler la nécessité de conjuguer atténuation et adaptation au dérèglement climatique aux autres grands défis de ce siècle. A commencer par la lutte contre la pauvreté, mais aussi l’accès à l’énergie durable, à l’eau et autres ressources, développement urbain durable, souveraineté alimentaire, santé des populations, égalité homme-femme, travail décent et droit des travailleurs, respect des droits des peuples autochtones, protection des forêts et de la biodiversité, préservation des ressources naturelles.

- L’Ademe actualise ce mois d’octobre son scénario énergie-climat 2035-2050, première mise à jour de ses « visions » publiées en 2013. Ces travaux soulignent l’enjeu que représente l’atteinte des objectifs ambitieux fixés par la loi face aux enjeux climatiques, et les efforts à faire à court-moyen terme d’ici à 2035, pour se placer sur une trajectoire permettant d’atteindre les objectifs. A cette actualisation sont associées, dans une autre étude publiée également aujourd’hui, des propositions de mesures concrètes à déployer pour l’atteinte des objectifs. L’ensemble de ces travaux va permettre de contribuer à la mise à jour de la Stratégie Nationale Bas Carbone et de la Programmation Pluriannuelle de l’Energie et de répondre aux enjeux du plan CLIMAT.

- Deux ans après l'Accord de Paris, les grandes entreprises ont pris le train de la lutte contre le réchauffement climatique, même si beaucoup reste encore à faire, selon un rapport publié le 24 octobre 2017. Près de 9 multinationales sur 10, parmi les plus importantes et celles ayant le plus fort impact environnemental, ont désormais des objectifs de réduction d'émissions de gaz à effet de serre, selon le bilan annuel du CDP, plateforme de communication environnementale à but non lucratif. 14% des entreprises se sont ainsi donné des objectifs alignés sur le niveau de décarbonisation nécessaire pour limiter le réchauffement de la planète sous les 2 degrés.

 

- Les Amis de l'environnement irlandais (FIE) ont lancé une action judiciaire contre le Gouvernement irlandais. Le réseau de citoyens reproche à l'Etat de ne pas avoir pris les mesures suffisantes pour éviter le changement climatique. FIE suit ainsi l'exemple des 900 citoyens néerlandais qui ont attaqué (et fait condamner) le Gouvernement des Pays-Bas en 2015 et des 21 jeunes qui ont attaqué le gouvernement américain fin 2016.

- En 2006, l'ancien vice-président des États-Unis, Al Gore, s'alarmait du réchauffement climatique dans « Une vérité qui dérange ». 11 ans plus tard, il revient avec Une suite qui dérange. Une déclaration de guerre à l'administration du président Donald Trump - ouvertement climatosceptique -, mais aussi un rappel de ses mises en garde de 2006, plus que jamais actuelles.

 

  • Liens
  • Contact
  • Nous rejoindre
  • Mentions légales